Hypnose Angers 
   Hypnothérapeute,Naturopathe,Energéticienne, coach de vie.
    Méditation                                                                 Massage
                            06 81 67 74 81              

hypnoseangersmatha

les différents protocoles et listes que je mets à disposition sur cette page sont à effectuer après consultation, selon mes recommandations et sous ma supervision.

                                 CURE D'ARGILE


L’argile est un trésor offert par la nature pour prendre soin de notre organisme, le purifier, l’assainir et le régénérer. Il est connu depuis l’antiquité et toujours très utilisé par certains peuples vivant en symbiose avec la nature. Les animaux aussi ingèrent de l’argile ou prennent des bains de boue pour cicatriser leurs blessures.

On trouve dans la nature des argiles de différentes couleurs et aux différentes vertus : blanche, verte, rouge, rose, jaune ou encore marron. Pour la cure d’argile par voie interne, il faudra prendre une argile verte qui est la plus intéressante pour régénérer et réparer les muqueuse intestinales. Il faut la choisir surfine et ultra-ventilée. Pour ma part, je prends de l’argile verte sutfine montmorrillonite de ciel d'Azur (site Onatera ).

L’argile a des vertus incroyables aussi bien en interne qu’en externe. Aujourd’hui je vais vous parler uniquement des vertus de la cure interne d’argile verte.
Cette cure peut se réaliser plusieurs fois par an, de préférence lors des changements de saison, à l’automne ou au printemps par exemple.

Pourquoi faire une cure d’argile ?

Cette cure est très intéressante pour calmer les excès d’acides, en cas de brûlure d’estomac ou de remontées acides par exemple,  elle améliore la production des ferments pancréatiques et permet de lutter contre l’acidose. Elle sera aussi bénéfique pour la sphère digestive car elle permet de nettoyer en douceur la muqueuse intestinale tout en lui fournissant les oligo-éléments nécessaires à sa régénération. Reminéralisante, elle pourra combler certaines carences. Riche en silice, elle est utile aux personnes souffrant de troubles articulaires.

Le pouvoir absorbant de l’argile (jusqu’à 8 fois son poids) va permettre de retenir toutes les impuretés, les poisons et les toxines puis de les diriger vers nos émonctoires (foie, intestins, reins, poumons et peau) pour les évacuer. Le pouvoir d’absorption et d’assainissement de l’argile est si important qu’on l’utilise dans les endroits où l’eau n’est pas potable pour purifier l’eau.
Elle sera ainsi utile pour détoxifier l’organisme mais aussi en cas de ballonnement, d’acidité gastrique, d’acidose ainsi que pour assainir le système digestif.

Elle est préconisée en cas de diarrhée, d’infection, d’anémie (elle comble les carences en minéraux), d’ulcère,  de gastrite ou encore d’irritation de l’œsophage  (c’est un excellent pansement des voies digestives).
Son utilisation permet de nettoyer le sang et de réparer les lésions internes. Elle a également une action antiparasitaire.

Comment procéder ?

Il est recommandé de faire cette cure sur une durée de 21 jours.

Préparez votre argile la veille au soir,  laissez la reposer toute la nuit pour la boire au réveil. Si l’argile a tendance à ralentir votre transit, il est alors préférable de la préparer le matin et de la laisser reposer toute la journée pour la prendre juste avant le coucher.

Saupoudrez 1 bonne cuillère à café en bois ( pas de plastique ou de métal) d’argile dans un verre  (en verre, pas de plastique ni de métal) d’eau de source peu minéralisé (type Mont-Roucous, pas d’eau du robinet). Ne la remuez pas, laissez la juste tomber au fond de verre et laissez la reposer environ 6 à 8 heures. Au bout de ce laps de temps, ne buvez que l’eau qui surnage afin de préparer votre organisme en douceur avec cette eau argileuse. Ne jetez pas le résidu qui reste au fond du verre dans votre évier, cela pourrait boucher vos canalisations, videz le dans la poubelle ou dans vos plantes vertes.

Au bout de 7 jours, si vous tolérez parfaitement l’eau d’argile, vous pouvez continuer les 2 semaines restantes en buvant le lait d’argile. Pour cela, procédez comme précédemment, mais remuez l’argile avec votre cuillère en bois juste avant de la boire afin d’ingérer l’intégralité de l’argile.

Attention : l’argile inhibe l’assimilation des médicaments (ainsi que de la pilule contraceptive), veillez à la prendre à distance de vos traitements (minimum 3h voire plus si possible)
Durant la cure, ne consommez surtout pas d’huile de parafine qui durcit l’argile. Par précaution, éviter également de manger trop gras durant cette période.

Effets indésirables

L’argile va déloger les toxiques qui se trouvent dans les tissus profond et les remettre en circulation pour les évacuer vers l’extérieur. Pensez à beaucoup boire durant la cure afin d’aider le travail d’évacuation de ces déchets ainsi que pour éviter un ralentissement du transit. Si la constipation survient malgré tout, surtout ne la laissez pas s’installer et arrêtez la cure. Pour la prévenir, prenez l’argile le soir au coucher, buvez uniquement l’eau d’argile en laissant le dépôt au fond du verre, optez pour une alimentation riche en fruits et légumes et pensez aux pruneaux réhydratés pour votre petit déjeuner ou encore aux tisanes laxatives…

L’argile est très puissante, parfois un peu trop et peu causer quelques réactions, témoignant du nettoyage profond de l’organisme. Ces réactions s’estomperont au bout de quelques jours mais si elles deviennent gênantes, espacez les prises d’argile ou arrêtez la cure. Ces réactions peuvent être l’évacuation de vers intestinaux,  des troubles cutanés, des diarrhées ou de la constipation.

Contre indication 

Ne pas effectuer de cure d’argile en cas de grossesse, de constipation sévère ou en cas d’hypertension. Si vous prenez un traitement médicamenteux, parlez en à votre médecin ou à votre naturopathe car il peut y avoir des interactions avec l’argile.

                                            Cure Antiparasitaire aux plantes du Dr Clark


Bénéfices du nettoyage antiparasitaire Clark : Le Dr Clark n’a pas fait d’inventaire des parasites touchés par sa cure, mais en dénombre une centaine dans ses tests. Voici une liste des parasites retirés par cette cure, les plus souvent rapportés dans ses livres.

Veuillez noter que la localisation d'un parasite peut le protéger partiellement contre un vermifuge. La cure antiparasitaire Clark est particulièrement efficace pour déparasiter les intestins, le foie et certains organes, ainsi que la région du cerveau. 

  • Fasciolopsis buski
  • Fasciola hepatica
  • Eurytrema pancreaticum
  • Clonorchis sinensis
  • Ascaris
  • Tenia
  • Onchocerca
  • Hasstilesia tricolor
  • Plasmodium malariae
  • Besnoitia
  • Streptococcus
  • Clostridium
  • Salmonella
  • Shigella
  • Escherichia coli

Quelques symptômes rapportés à la présence de parasites dans le corps : constipation, diarrhée, flatulences, migraines, dépression,troubles digestifs, chute de cheveux,envies de sucre,allergies mycoses, infection au candida,E.Coli  etc...(Le terme « parasites » signifie ici l’ensemble des parasites porteurs de maladies comme parasites, bactéries, virus, champignons..)

 

Ce dont vous avez besoin :


 - Teinture de noix extra forte ou lyophilisée en gélules (150mg par Gélule).
 - Gélules Artémisia (200 - 300mg d'absinthe par gélule).
 - Clous de girofle en gélules (500mg par gélule).
 - Arginine (500mg par gélule).
 - Ornithine (500mg par gélule).


Teinture de noix (Teinture de noix, Teinture d'écorce de noix)

Prenez la quantité recommandée dans un demi verre d'eau. Boire 20 mn  avant de manger .
L'alcool de la teinture peut provoquer des vertiges pendant quelques minutes, prenez une position assise jusqu'à que les vertiges soient passés. Vous pouvez rajouter de l’eau tiède à la teinture de noix mais surtout pas de l'eau chaude, cela pourrait détruire les principes actifs de la teinture de noix. Il est possible de voir apparaître des nausées après avoir pris de la teinture de noix et ce après plusieurs minutes. Allez prendre l'air jusqu'à que les nausées disparaissent.

Au cours de l’année: prendre  2 cuillères à  de teinture de noix noire extra-forte une fois par semaine pour un programme d'entretien. Les membres de la famille devraient prendre 2 cuillères à café toutes les deux semaines aussi.

Pourquoi attendre 5 jours pour prendre la dose maximum ? :  c’est simplement pour votre bien-être. Vous avez peut-être une digestion fragile ou vous avez un à priori au sujet des effets secondaires, au 6ème jour vous remarquerez qu’il n’existe aucun effet secondaire.

Programme rapide : si vous êtes rassuré sur les effets bénéfiques après la première goutte de teinture de noix, prenez la dose maximale dès le premier jour. (Commencez avec 2 cuillères à café pendant 6 jours puis suivre le tableau).

Programme lent : si par-contre vous avez des craintes  de prendre des plantes médicinales ou si vous n’êtes pas sur des apports bénéfiques des plantes médicinales, commencez avec des gouttes et augmentez la dose selon votre volonté, jusqu'à être rassuré de prendre la dose maximum.


Le programme le plus rapide
 : prenez une dose de 2 cuillères à café toutes les 5 heures, équivalent à 10 cuillères à café. Faites le jour même ou le jour suivant le programme Mop UP (nettoyage avec Coenzyme Q10, Huile d’olive ozonée et de la Cystéine). Dans le cas ou cette dose vous convient, prenez la dose de 10 cuillères à café tous les 2 jours (plus Mop Up) pendant 2 semaines supplémentaires, avant de passer au programme d’entretien hebdomadaire. N’oubliez pas de prendre la bonne dose de gélules de l’Artémisia et de clous de girofles à 10 gélules par jour mais pas toutes les heures.

Les gélules d’Artémisia
Prenez la dose en rapport avec le tableau. Avalez les gélules les unes après les autres en une fois. Prenez 7 gélules par semaine comme est décrit dans le programme d’entretien. Essayez de ne pas arrêter le programme au 16èmejour, après vous pourrez diminuer la dose selon votre ressenti.

Les personnes ayant un estomac fragile préfèrent contrairement au tableau, augmenter la dose tout doucement. Vous pouvez décider de la rapidité du  traitement après le 16ème jour.
Les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants ne doivent pas prendre d’Artémisia.

Les gélules de clous de girofle
La poudre de clous de girofle des commerces traditionnels ne fonctionne pas, leur principe actif est réduit à néant.

Moudre les clous de girofle ou acheter des gélules de clous de girofle. Prenez la quantité selon le tableau.

Ornithine

Prenez 2 gélules d’Ornithine le premier soir avant de vous coucher, prenez 4 Gélules le soir suivant et 6 Gélules le 3ème soir. Ensuite prendre 4 ou 6 Gélules avant de vous coucher, jusqu'à ce que vous arriviez à dormir une nuit complète puis arrêtez le traitement, pour voir si vous arrivez à dormir sans gélules d’Ornithine. L’Ornithine est naturelle et n’a pas d’effet de dépendance.


Arginine
L’arginine absorbe aussi l’ammoniaque, mais contrairement à l’Ornithine a un  effet stimulant

Prendre de l’Ornithine pour dormir, peut avoir un effet si bénéfique et que cela vous donne un plein d’énergie pour la journée, dans ce cas vous n’avez pas besoin d’Arginine.

Mais si vous arrêtez la caféine (recommandé)  et que vous vous sentez faible dans la journée, prenez une gélule d’Arginine le matin au levé, une à midi et une le soir avant de manger, réduire la quantité si vous êtes facilement énervé.


Il n’existe aucune interaction entre l’Ornithine et l’Arginine avec d’autres médicaments. Il n’y a aucune raison d’arrêter les médicaments d’une prescription faite par un médecin ou un naturopathe, seulement dans le cas ou vous prenez des solvants ou des toxines.

A partir de maintenant ce n’est pas une obligation de suivre le plan à la lettre. Au contraire vous pouvez choisir 1 jour de la semaine, pour prendre le dosage de toutes les plantes médicinales dans la même journée. Continuez longtemps le programme d’entretien :


                                                                                                  PROTOCOLE


                                   cure de nettoyage des calculs biliaires (appelée cure du foie )

La cure du foie du Dr Clark, appelée aussi « le nettoyage du foie et de la vésicule biliaire » (terme plus exact) est probablement la cure la plus puissante que vous puissiez faire pour améliorer la santé de votre corps. C’est également la plus connue des cures du Dr. Clark, car ses résultats sont visuels (les calculs) et ses effets parfois immédiats (amélioration de l’état général et symptômes variés qui s’amenuisent ou s’estompent au fur et à mesure des cures). La Doctoresse Clark a soigné des milliers de patients avec cette méthode de nettoyage du foie. Beaucoup de personnes adeptes de cette cure de nettoyage ont aussi témoigné de son efficacité. Comment expliquer une telle réussite ?

Les limites du foie

Nous sommes environnés de poisons chimiques: dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons et avec laquelle nous nous lavons, dans la terre que nous cultivons, dans les produits cosmétiques et, « bien évidemment », dans la nourriture que proposent les industriels. Le foie le plus actif et le plus efficient n’arrive plus à éliminer assez vite. Certes, il fait ce qu’il peut, mais c’est un filtre et – comme tous les filtres – il a besoin d’un nettoyage régulier. Sinon, toutes les saletés passent dans la vésicule biliaire.

L’eau du robinet, certaines eaux en bouteilles, le lait à production industrielle, les boissons que nous ingérons quotidiennement et notre alimentation en général contiennent des conservateurs, des métaux lourds, des pesticides, des parasites, des PCB perturbateurs endocriniens et autres produits chimiques. Ces différentes formes de pollution ne sont pas toujours traitées efficacement par l’organisme, et forment des déchets qui s’accumulent, notamment dans la région du foie. Le nettoyage des canaux du foie du Dr. Clark permet d’évacuer précisément ces déchets non éliminés, qui s’entassent sous forme de calculs dans cette région et empêchent dans ces conditions son fonctionnement optimal.

Le foie n’est pas sensible à la douleur

Ce n’est pas parce que l’on n’a pas mal au foie que le foie va bien. Il faut savoir qu’une foie peut être détérioré à 80% sans que des symptômes alarmants se manifestent. Le foie continuera, en effet, à accomplir ses bons offices autant qu’il le peut.

Selon des praticiens ayant l’occasion d’explorer le foie de leurs clients, plus du trois quart des adultes ont de petits calculs dans le foie ou des agrégats de toxines accumulées. Pour d’autres, le pourcentage s’élève à 99%. Ces calculs sont des cristallisations de cholestérol ou de bile autour de paquets de bactéries mortes et de déchets. Ils sont poreux et souvent sources d’infections à répétition.

Invisibles aux examens tant qu’ils ne sont pas calcifiés, ces calculs se comptent généralement au nombre de plusieurs milliers selon le Dr Clark, de quelques millimètres à la taille d’une noix. Ils se développent aussi bien dans le foie que dans la vésicule biliaire et peuvent conduire ceux qui en sont affectés tout droit à l’hôpital. Dans la plupart des cas, toutefois, les personnes qui vivent au quotidien avec de semblables calculs ne le savent pas, ils ne ressentent rien. Cela n’empêche pas que de tels calculs ayant l’apparence de petits pois dégradent inéluctablement la santé.

                                                                                          PROTOCOLE

  • A faire un week-end pendant lequel vous serez tranquille.
  • le samedi : Prendre un petit déjeuner léger . Éviter le sucre ou les édulcorants, les épices et surtout le lait, le beurre, l’huile, le fromage, le yaourt, le fromage, le jambon, les œufs, les noix, les pâtisseries, les céréales froides. Vous pouvez consommer des fruits ou des jus de fruit.
  • À midi, mangez des légumes nature. En clair : ni protéines ni matières grasses (beurre ou huile) pour ne pas vous sentir malade pendant le nettoyage.
  • Si vous le pouvez, procédez à une irrigation du côlon (hydrothérapie) ou à un lavement.
  • Suivez très précisément l’horaire donné ci-dessous pour tirer le meilleur parti du nettoyage du foie et de la vésicule.

    • Après 14.00 h : ne mangez ni ne buvez plus rien (sauf de l’eau). Ne prenez que les médicaments, vitamines ou suppléments absolument indispensables.
    • 18.00 h : diluez 4 c. à s. (50 g) de sulfate de magnésium dans une bouteille de 720 ml d’eau (= 4 verres de 180 ml). Buvez votre 1er verre (180 ml). Pour neutraliser le goût amer en bouche, vous pouvez prendre quelques petites gorgées d’eau après ou ajouter un petit peu de jus de citron au mélange.
    • 20.00 h : buvez votre 2ème verre (180 ml) de sulfate de magnésium.
    • 21.30 h : si vous n’avez pas été à la selle ou si vous n’avez pas fait de nettoyage du côlon au cours des 2 dernières heures, faites un lavement avec de l’eau pour déclencher les selles.
    • 21.45 h : pressez les pamplemousses (ou citrons et oranges) sans la pulpe pour faire 180 ml de jus. Ajoutez 120 ml d’huile d’olive dans le shaker. Secouez pour obtenir une émulsion homogène.
    • 22.00 h : placez-vous debout à côté de votre lit (ne vous asseyez pas) et buvez cette préparation si possible d’une seule traite. COUCHEZ-VOUS TOUT DE SUITE ! C’est essentiel pour relâcher les calculs biliaires. Éteignez les lumières et couchez-vous à plat sur le dos avec 1-2 oreillers pour surélever votre tête, qui doit être plus haute que l’abdomen.  Restez parfaitement immobile pendant au moins 20 minutes et essayez de ne pas parler. Portez votre attention sur votre foie. Il se peut que vous sentiez les calculs voyager comme des billes dans les conduits biliaires. Vous ne devriez ressentir ni crampes ni douleurs parce que le sulfate de magnésium tient les conduits biliaires largement ouverts et détendus, et que la bile qui est excrétée avec les calculs sert de lubrifiant. Ensuite, essayez de dormir et levez-vous pendant la nuit si vous avez besoin d’aller aux selles. Il se peut que vous vous sentiez légèrement mal pendant la nuit et/ou au petit matin en raison d’un relâchement fort et soudain de calculs biliaires et de toxines du foie et de la vésicule biliaire, provoquant un reflux du mélange d’huile dans l’estomac. Cela passera au cours de la matinée.
      • Le lendemain, vous allez relâcher vos calculs hépatobiliaires. Vous irez souvent aux toilettes et vos selles seront liquides. Vous pourrez constater la présence de petits calculs biliaires (vert pomme ou couleur bronze) de différentes tailles qui flottent dans la cuvette en plus ou moins grand nombre.

        • 6.00 h – 6.30 h du matin : au réveil, mais pas avant 6 heures du matin, buvez votre 3ème verre de sulfate de magnésium (si vous avez soif, buvez un verre d’eau chaude avant de le prendre). Reposez-vous, lisez ou méditez. Si vous êtes encore fatigué, recouchez-vous mais il vaut mieux rester debout.
        • 8.00 h – 8.30 h : buvez votre 4ème et dernier verre de sulfate de magnésium.
        • 10.00 h -10.30 h : vous pouvez boire du jus de fruit frais. Une ½ heure plus tard, vous pouvez manger un ou deux morceau(x) de fruits frais. Une 1 h plus tard, vous pouvez manger un repas normal (mais léger). Le soir ou le lendemain matin, vous devriez sentir les premiers signes d’amélioration. Continuez à manger des repas légers pendant les jours qui suivent.
        • Vous pouvez décaler ces horaires en respectant les intervalles de 2h en fonction de l’heure de votre réveil.

  1.                                                                                                Le jeûne

  2. Nettoyage de printemps

Au printemps, dans la nature, la sève monte dans les arbres pour nourrir les fleurs. C’est le renouvellement. Jeûner est une manière idéale pour l’homme de se nettoyer avant de fleurir à nouveau.


  1. Qu’en disent nos amis chinois ?

En médecine énergétique chinoise, les saisons ont une influence différente sur chacun des organes. Le printemps correspond au foie et aux fonctions qu’il régule. Or, le foie est un organe très impliqué dans le jeûne. Le printemps est la saison idéale pour le pratiquer.


  1. Le système immunitaire fait son ménage

Jeûner trois jours régénère complètement le système immunitaire et offre un véritable regain de vitalité. Les facultés d’autolyse des cellules immunitaires augmentent et les globules blancs se dirigent vers les tissus dégénérés pour y faire le ménage.


  1. La nuit, tous en jeûne !

Lorsque l’on dîne tôt le soir et que l’on retarde l’heure de son petit-déjeuner, on allonge cette période de jeûne naturel qu’est la nuit, pour le plus grand bénéfice de notre corps.


  1. Se nourrir autrement

Lorsque l’on jeûne, ce ne sont plus protéines, glucides ou autres lipides qui nourrissent nos cellules mais respiration, pensées, musique, créativité et prières. Alain Saury disait « tout est nourriture ». Au cours d’un jeûne, il s’agit d’apprendre à transmuter, à passer d’une nourriture à l’autre.

  1. Le jeûne sous tous ses angles

Il existe différents types de jeûne : le jeûne hydrique avec de l’eau pure,  le jeûne sec (ni eau ni aliments), le jeûne long à visée thérapeutique ou spirituelle, ou encore le jeûne intermittent, remarquable pour la perte de poids. Des explications sont à venir ….


  1. La tête et le ventre

Afin d’approfondir le travail de nettoyage et de repos intestinal occasionné par le jeûne, nous recommandons d’avoir recours au lavement. Mieux encore ! À l’irrigation du côlon ! Bien prodigué, ce soin offre une libération qui agit même sur le plan émotionnel. Se vider le ventre, c’est aussi se vider la tête.


  1. Jeûne et transformation

Après un jeûne, au moment de la ré-alimentation, il est tout à fait possible de discerner les aliments bénéfiques et ceux qui ne le sont pas. Sentir, non pas par nez, mais par le biais de l’intuition, exacerbée lors d’un jeûne. Alors, la relation à notre alimentation peut radicalement changer.

  1. Vive le jeûne

Le jeûne est particulièrement recommandé pour les problématiques chroniques telles que l’hypertension, l’obésité, l’excès de cholestérol, les douleurs articulaires, les problèmes ORL (bronchites, rhinites et autres sinusites), les allergies environnementales et l’asthme.


  1. Petites astuces du jeûneur parfait

Se laver le nez  avec une fleur de sel de qualité et un peu de nigari. Se nettoyer la bouche avec le gandush indien (gargarisme à l’huile de sésame). Se nettoyer l’esprit en ralentissant le flux du mental et des pensées. Nourrir le corps et l’âme grâce au yoga et à la méditation rend le jeûne total et extrêmement régénérant.


  1. Jeûne intermittent

Parmi les jeûnes dits courts, nous trouvons le jeûne intermittent qui consiste à dîner tôt (autour de 20 h) et à déjeuner autour de midi . La période d’alimentation de la journée ne s’étale donc que sur 8 h. Il reste 16 heures à l’organisme pour digérer, métaboliser et assimiler. Redoutable pour la perte de poids et la régulation de la glycémie.


  1. L’énergie de la digestion = 1/3 de l’énergie totale

Jeûner 24 heures permet un repos total du système digestif. Ne pas manger pendant une journée équivaut donc à récupérer l’énergie de la digestion et à la mettre au service de la revitalisation de l’organisme.


  1. Rien ne sert de courir

Jeûner 24 ou 36 heures à la maison peut préparer le corps à vivre l’expérience d’un jeûne long plus en douceur. Aller doucement et prendre le temps de découvrir comment notre corps réagit au jeûne peut participer à amplifier ses bénéfices.


  1. Le jeûne hebdomadaire

Idée : un à deux jours par semaine, abstenez-vous de manger pour nettoyer l’organisme des excès quotidiens. Buvez deux à trois litres d’eau pendant cette journée et ressentez les bénéfices incroyables de ce moment de restauration.


  1. Jeûne et complémentation

Le jeûne s’accompagne parfois de compléments alimentaires à base de chlorophylle ou d’argile par exemple. Le jus d’herbe d’orge, puissant détoxifiant sanguin, approfondit le travail de nettoyage activé par le jeûne. L’argile, quant à elle, offre les minéraux précieux dont le corps a besoin si l’acidose provoquée par le jeûne est trop forte.


  1. Jeûner pour se relier

Le jeûne de 21 jours a pour vocation l’ascèse spirituelle ou la thérapeutique, au même titre que le jeûne de 40 jours. Bien sûr, les jeûnes courts peuvent aussi comporter quelque chose de religieux , si telle est l’intention de celui ou celle qui l’entreprend.


  1. Écouter son corps

Le retour e la véritable faim à l’issue du jeûne signifie que le corps s’est bien nettoyé et qu’il est temps de se ré-alimenter. La langue, blanchie pendant le jeûne à cause de l’élimination des toxines, récupère sa belle couleur rose, ce qui est un autre signal que le jeûne se termine.


  1. Mort et renaissance

On dit que jeûne et reprise alimentaire doivent être de durée égale. Le moment de ré-alimentation est capital et hautement symbolique. Si le jeûne est parfois associé à une petite mort, la reprise alimentaire est alors associée à la naissance. Ne renaît-on pas à nous-mêmes après un jeûne ?

  1. Ralentir, c’est vivre mieux

Le jeûne n’est pas synonyme d’inanition et le ralentissement permis lors de ce genre de cure n’est nullement propice à l’ennui. Il est nécessaire de vivre au rythme que le corps adopte lors du jeûne et de laisser les choses se calmer en nous.


  1. Aïe, j’ai mal à mon jeûne

Les crises curatives d’élimination occasionnées lors d’un jeûne peuvent être violentes et provoquer des symptômes tels que des maux de tête, des nausées voire des vomissements ou encore des vertiges. Il est nécessaire d’être bien accompagné et renseigné pour entreprendre une telle cure.

.Jetez brosses et balais, faites place au jeûne !

Nos cellules sont de véritables usines : elle fabriquent de l’énergie et, ce faisant, produisent des déchets. Le jeûne est un outil de nettoyage intra-cellulaire : les liquides dans lesquels baignent nos cellules se purifient et les déchets accumulés sont nettoyés.


  1. Ce soir, dernière représentation !

Le jeûne long peut parfois faire réapparaître les symptômes de problématiques anciennes. Généralement, ces symptômes ressurgissent afin de disparaître définitivement, comme un ultime nettoyage.


.Jeûne et sommeil

Lors d’un jeûne, les nuits sont de plus en plus courtes, l’énergie n’étant plus dépensée pour la digestion. Il est capital d’utiliser les heures de la nuit à bon escient : créativité, conversation, méditation sont les pierres angulaires qui font du jeûne un allié de la transformation intérieure.


  1. Reprise alimentaire après un jeûne

Après un jeûne, il convient de se réalimenter avec des fruits frais et des légumes biologiques, de saison, riches en nutriments qui vont poursuivre l’action drainante éliminatrice amorcée par le jeûne. Les excitants, les protéines et les glucides doivent patienter encore un peu au placard avant d’être réintégrés.


  1. Le jeûne dans l’Histoire

Moïse, Bouddha, Socrate, Platon, Jésus, Saint François d’Assise, le Prophète Mahomet, Gandhi et Mère Thérésa se sont tous adonnés à des jeûnes courts ou prolongés. Laissons-nous inspirer. Jeûner, ce n’est pas se priver mais se libérer. Jean Chopitel


  1. Holistique jeûne

Nous sommes convaincus que la santé est holistique, qu’elle dépend de facteurs nombreux et variés, que pour la préserver notre comportement doit être global. Le jeûne est une approche qui s’occupe de l’être humain dans sa totalité physique, émotionnelle, spirituelle, énergétique et mentale.


  1. Jeûne et toxémie

Nous absorbons trop de substances nocives (pollution, xénobiotiques, aliments carnés, excitants comme l’alcool, le café, le thé, le sucre, et bien d’autres) et nos fonctions d’élimination ne sont pas optimales (combien d’entres nous sont des constipés chroniques ?). Il est important une fois l’an, si la vitalité le permet, de mettre son organisme au repos par le jeûne.


  1. Ménager son foie

Visualisez votre éponge à la fin de votre vaisselle et maintenant voyez votre foie à la place. Le jeûne provoque une sorte « d’essorage » du foie.  Il perd de son volume, au même titre que l’estomac, et nombreuses de ses fonctions (il en a plus de 500) sont régulées.


  1. Youpi, des cétones !

Lors d’un jeûne, les réserves de glucose s’épuisent en 24 heures. Ensuite, le destockage des graisses engendre la fabrication de corps cétogènes connus pour avoir des effets protecteurs contre les maladies dégénératives, et des effets stimulants pour le cerveau.


  1. Et les animaux alors ?

Ils jeûnent aussi. De nombreuses espèces s’y adonnent de manière spontanée et régulière. Chez le manchot par exemple, c’est le mâle qui couve l’oeuf et il le fait en jeûnant pendant deux mois. Le colibri, quant à lui, accepte de perdre 2 de ses 5 grammes pour entreprendre sa migration annuelle. Dans la nature, tout est possible!


  1. Les bénéfices du jeûne

D’après les experts, le jeûne entraîne une perte de poids, stimule le cerveau et le système immunitaire, soulage les allergies environnementales, fait baisser l’insulino-résistance et la tension artérielle, améliore la résistance des neurones aux mécanismes de dégénérescence, favorise la normalisation de la flore intestinale.Mais bien plus qu'un nettoyage physique, il est aussi un nettoyage de l'esprit qui permet d'y voir plus clair en soi et d'élever son taux vibratoire par la purification du système énergétique qui en découle.


                                                      Comment effectuer un lavement chez soi  :


Le lavement permet l’évacuation des matières faciles à dissoudre situées dans le colon gauche. Un lavement permet de nettoyer 30 cm de colon (sur une longueur totale de 1m60 en moyenne). Pour éliminer les bouchons durs et anciens et nettoyer le colon en entier, il faut pratiquer une hydrothérapie du colon.

Le lavement est plus fastidieux et moins efficace que l’hydrothérapie du colon, mais c’est mieux que de ne rien faire du tout !


Le lavement : pour qui ?

Ils sont très indiqués chez les personnes qui ont beaucoup de diverticules , pour les organismes toxifiés, pour les constipations récurrentes,des douleurs diverses, ou dans le cadre d'un jeûne.

Les lavements peuvent aussi être fait chez les enfants, car on ne pratique pas d’hydrothérapie du colon sur un enfant.


Comment faire votre lavement ?

Mettre 2 litres d’eau minérale tiède (1 litre chez l’enfant) ou de l’eau bouillie du robinet dans un boc à lavement (acheté en pharmacie) et dissoudre 
- 2 grosses cuillères à soupe de gros sel bien dissous ou d'huile d'olive
- ou bien 1 cuillère à soupe de gros sel + une cuillère à soupe de Chlorure de magnésium ou de sel de Nigari 
- ou encore 2 tasses de café bio 
- ou 2 litres d’infusion de camomille (on met une poignée, on laisse infuser 10 minutes, tiédir, filtrer avant le lavement et mettre ces 2 litres d’infusion dans le boc à lavement).

Puis s’installer tranquillement dans une pièce ou vous ne serez pas dérangé, mettre le boc à 1 mètre au dessus, bien attaché. Se coucher sur le coté droit ou à genou les fesses en l’air. 
Retirer l’air du tuyau, en faisant arriver l’eau jusqu’au robinet, introduire la canule lubrifiée avec un peu de vaseline dans l’anus et ouvrir le robinet à moitié afin que l’eau entre doucement ; se masser le ventre, garder, et évacuer quand on ne peut plus résister !


                                                                                    protocole

                                                                                              LES FODMAPS 



Les  FODMAPs sont des sucres naturellement présents dans certains aliments , très indigestes de par leur fermentation à l’arrivée dans le côlon, ce qui provoquerait ballonnement, maux de ventre et symptômes du syndrome de l'intestin irritable.

La liste des aliments riches en FODMAPs (à éviter)

Pour bien comprendre l’intérêt et le mode d’emploi du régime sans FODMAPs, il suffit d’expliciter l’acronyme FODMAP. Cela permet également de dresser la liste des aliments à éviter dans le cadre de ce régime alimentaire.

F : Fermentescibles (rapidement fermentés par les bactéries du côlon)

O : Oligosaccharides (fructanes et galacto-oligosaccharides ou GOS), présents dans les pois chiches, les haricots rouges, les lentilles…

D : Disaccharides (lactose), dans le lait, la crème, les yaourts, certains fromages…

M : Monosaccharides (fructose en excès du glucose), dans la pomme, les fruits en conserve dans leur jus, les fruits séchés, certains édulcorants, le miel…

A : And (et)

P : Polyols (sorbitol, mannitol, xylitol et maltitol), dans la pomme, l’avocat, la pêche, la poire, la prune, le pruneau, le chou-fleur, les champignons, les desserts allégés à base de lait…


                                         La liste des aliments pauvres en FODMAPs (à privilégier)

Fruits : banane, myrtille, canneberge (cranberry), raisin, pamplemousse, melon miel, kiwi, citron, mandarine, orange, fruit de la passion, papaye, framboise, rhubarbe, fraise. Attention : si ces mêmes fruits sont séchés, ils doivent être consommés en petites quantités.


Légumes : pousses de bambou ou cœurs de palmier, pousses de haricots, carottes, céleri, endive, gingembre, haricot vert, laitue, olive, panais, pomme de terre, potiron, poivron rouge, blettes, épinards, courge, rutabaga, patate douce, tomate, navet, igname, courgette.


Fines herbes : basilic, coriandre, citronnelle, marjolaine, menthe, origan, persil, romarin, thym.


Grains : céréales (sarrasin, amarante), pain (100 % farine d’épeautre), riz, avoine, polenta, millet, quinoa, sorgho, tapioca.


Produits laitiers : lait sans lactose, boisson de riz, soja ou amandes, fromages à pâte dure (type cheddar, gruyère, comté…), mozzarella, brie, camembert, yaourt sans lactose.


Sucres et édulcorants : saccharose, glucose, sirop de sucre roux, sirop d’érable, mélasse, édulcorants dont le nom ne se termine par « ol ».


Autre : viande, poisson, oeuf, tofu, huile d’olive, sorbet (en remplacement de la crème glacée).

                              Tableau d'Index Glycémique des aliments (utilisé dans le régime Montignac): ici

                                                                             L'acidose

LES CAUSES DU DÉSÉQUILIBRE ACIDO-BASIQUE :

Notre organisme ingère et produit chaque jour de nombreuses substances acides ou basiques.
Les apports en acides proviennent :

  • de l’alimentation, soit parce que les produits de digestion de ces aliments sont acides, soit parce que l’utilisation de ces aliments par l’organisme génère la production d’acides
  • de l’organisme lui-même, car le métabolisme produit des déchets acides.


Les apports en éléments basiques se font exclusivement par l’alimentation, via la consommation de végétaux essentiellement.

Notre organisme a généralement tendance à pencher vers l’acidité, car il produit lui-même des déchets acides. L’organisme doit donc combattre un déséquilibre en permanence. Pour cela, l’organisme possède un système de régulation qui lui permet d’éliminer les déchets acides et ainsi de rétablir l’équilibre. Lorsque l’individu est en bonne santé, ce système de régulation est très performant.

On parle de rupture de l’équilibre acido-basique lorsque les systèmes de régulation sont débordés et que l’organisme ne parvient plus à éliminer les déchets acides. Il se retrouve alors dans l’obligation de les stocker dans le tissu conjonctif.

Les causes principales de la rupture de l’équilibre acido-basique sont :

  • une consommation excessive d’aliments acidifiants, comme la viande, le poisson, les céréales,le sucre et les glucides (lents et rapides) les produits raffinés…,
  • la sédentarité et le manque d’oxygénation, qui limitent l’efficacité des poumons et des reins, organes d’élimination, à éliminer les déchets.

Les états de stress, la prise de certains médicaments (aspirine, anti-inflammatoires non-stéroïdiens) et certaines maladies chroniques peuvent également conduire au déséquilibre acido-basique.


                                                                                        

De nombreux symptômes indiquent une augmentation de l’acidité…

De nombreux problèmes de santé peuvent être la conséquence directe ou indirecte d’un excès d’acidité dans l’organisme, qu’il s’agisse d’une acidose tissulaire ou d’une acidose du sang. Rappelons que le pH sanguin doit se situer entre 7.32 et 7.42 et que toute variation vers le haut ou vers le bas aura des conséquences dramatiques pouvant aller jusqu’à la mort.

Nous comprenons maintenant pourquoi cet équilibre acido-basique est si important !


Dans le cas d’une augmentation du pH du sang (alcalose), ce sont les tissus qui sont très acidifiés et ceci peut favoriser l’apparition de

  • maladies cardio-vasculaires,
  • une augmentation possible du risque infectieux (surtout ORL) par la mise en réserve du système immunitaire,
  • des allergies ou des intoxications (formes d’inflammations)
  • des dysfonctions hépatiques et digestives (allergies ou inflammations)
  • des douleurs musculaires, articulaires,
  • des crampes ou des tensions musculaires,
  • des douleurs avec inflammation (douleurs sciatiques par exemple)

Une acidification peut également favoriser :

  • une hypofertilité par dysrégulation de l’activité de la voie hypophysaire,
  • la manifestation de séquelles vicieuses post traumatiques, avec ou sans foyers réactionnels perturbateurs ou déstabilisants (anciennes lésions comme des cals osseux, anciennes interventions chirurgicales ou champs perturbateurs dentaires)
  • des poussées inflammatoires d’arthrose
  • des troubles psychologiques (agressivité, stress psychologique, émotivité ….)
  • la mise en route de processus tumoraux bénins ou malins.

  • une diminution des échanges cellulaires,
  • une diminution de la production métabolique,
  • une fatigue chronique,
  • une augmentation de la « calcification » des tissus

Ce déséquilibre peut favoriser :

  • des maladies inflammatoires chroniques ou dégénératives,
  • de l’arthrose, des douleurs osseuses, des problèmes rhumatismaux,
  • une insuffisance pancréatique ou une insulino-résistance cellulaire
  • des dysfonctions cardio-vasculaires (athéroscléroses, insuffisance)
  • une insuffisance veino-lymphatique (jambes lourdes, troubles circulatoires)
  • des dysfonctions hépatiques et digestives (intolérances digestives, constipation, diarrhée, ou affections dégénératives)
  • des dysfonctions endocriniennes ou métaboliques
  • des troubles psychologiques
  • la progression de processus tumoraux bénins ou malins

Donc vous constatez qu’un déséquilibre acido-basique peut vous procurer de graves ennuis.


Donc si vous rencontrez des problèmes comme :

  • des caries dentaires,
  • de l’arthrose, de l’ostéoporose,
  • des rhumatismes, de l’arthrite, de la polyarthrite
  • des saignements de gencives,
  • des aphtes sur les lèvres et dans la bouche,
  • des fissures aux coins des lèvres,
  • des renvois acides (régurgitations)
  • des brûlures d’estomac,
  • des ulcères,
  • des calculs rénaux et vésicaux,
  • des problèmes de peau (boutons, eczéma, herpès)
  • des troubles circulatoires (varices, jambes lourdes)
  • des rhumes d’une manière répétitive,
  • des sinusites (surtout si chronique)
  • des otites,
  • des bronchites,
  • des maux de tête et des migraines régulières,
  • des douleurs sciatiques,
  • des lumbagos répétitifs,
  • des crampes musculaires,
  • des sensations de brûlure de l’anus (ou démangeaisons anales)

sans oublier

  • une baisse de vos défenses naturelles,
  • de la fatigue chronique
  • un manque constant d’énergie,
  • de la frilosité dans tout le corps et surtout aux extrémités,
  • une perte anormale des cheveux,
  • des cheveux fragiles, cassants,
  • des ongles qui se cassent, qui se dédoublent,
  • des tâches blanches sur les ongles, etc…
  • un état dépressif,
  • un excès anormal de nervosité, d’irritabilité,
  • des troubles du sommeil avec fatigue importante au réveil,
  • etc…

… il y a fort à parier que vous présentiez un terrain acidifié.


Voici donc la liste des aliments alcalins à privilégier, qu'il faudra probablement associer à des compléments naturels (selon les conseils du thérapeute ) pour éradiquer l'acidose de façon durable:


                                                                                            Listes des aliments alcalins :


Tous les jus de légumes crus (surtout à l’extracteur).

  • * Les graines germées (voir ici comment faire germer les graines).

    * Les algues d’eau douce et marines fraîches, réhydratées, séchées (de type salade du pêcheur en boutique bio), en caviar, en poudre ou en comprimé (spiruline, klamath, chlorella).

    * Parmi les féculents ou sucres 

    • Les patates douces, pommes de terre (en-dehors des frites), châtaignes, courges (potiron, potimarron…), pâtisson, topinambour, manioc, igname…
    • Le sarrasin ou blé noir.

    * Parmi les légumes :

    • Les légumes colorés et/ou racines : les céleris, fenouils, betteraves, carottes, panais, courges, patates douces, choux rouges, etc. Exception : la tomate (surtout cuite, hors saison et mélangée aux céréales de type riz, blé, etc.).
    • Les légumes verts crus ou cuits (mais pas trop): Les concombres, courgettes, toutes les sortes de salades (mâche…), haricots et choux (brocoli…), etc. Exception : les épinards cuits, l’oseille, la rhubarbe.

    * Les fruits doux et cueillis à maturité : les bananes (la plus alcalinisante), pommes douces, raisins doux, mangues, papayes, pastèque, melon. Évitez les fruits acides de type agrumes, ananas…

    * Parmi les aromates : toutes les herbes vertes fraîches telles que coriandre, basilic, ciboulette, persil, thym, romarin, etc.

    * Parmi les boissons : les infusions de plantes, les boissons végétales (amande, noisette, riz, soja…), les jus de légumes et de fruits doux (surtout à l’extracteur de jus).

    * Parmi les corps gras et oléagineux :

    • Les amandes sans la peau et noix de Brésil (encore mieux : trempées 12h). Pour les autres fruits secs (noisettes…), réhydratez-les avant de les consommer.
    • Les olives noires nature ou à l’huile d’olive.
    • L’avocat.
    • Les huiles extra-vierges ou vierges, de première pression à froid et biologiques
  • * Parmi les fruits séchés : les bananes, raisins, dattes, figues et abricot doux. La plupart des fruits séchés sont alcalinisants s’ils sont réhydratés  au moins 4 heures, l’idéal étant de les faire tremper, la veille, dans de un verre d’eau.


                                                                                                       aliments acides


  • Tous les produits laitiers : lait UHT,  crème fraîche, fromages à pâte dure, fromage fermentés, yaourt, beurre. Tolérance : laitages au lait cru, fromage frais.

  • Toutes les protéines animales en général :
    • Les viandes rouges (bœuf, mouton, cheval, porc), la charcuterie, les abats (foie, rognon, cervelle),les extraits de viande de type « maggi ». Tolérance : les viandes blanches : poulet, dinde, lapin, veau, agneau.
    • Les poissons gras (saumon, hareng, thon, carpe), les fruits de mer. Tolérance : les poissons maigres (cabillaud, bar, merlan, sole, truite), les huîtres.
    • Les œufs : préférez-les de qualité biologique et peu cuits (œufs à la coque ou mollets).

  • Parmi les sucres (glucides):
    • Tous les sucres raffinés (pâtisseries,  gâteaux, sucreries, bonbons), le sucre blanc et roux, les édulcorants (de type aspartame), le chocolat, les confitures riches en sucre. Préférez (en boutique bio) le sucre intégral/complet cru(de type rapadura ou sucre de coco), le miel, le cacao cru, les confitures 100% fruit.

    • Les céréales raffinées (semoule, pain blanc, pâtes blanches, riz blanc…), les céréales du petit-déjeuner (de type flocons de céréales), les céréales complètes et demi-complètes (riz, pâtes et pain complet…). Préférez le sarrasin ou les légumes-féculents de type patate douce.
    • Le pain blanc à la levure de boulangerie (de type baguette). Préférezle pain ½ complet au levain en boutique bio.

  • Parmi les légumineuses : les pois chiches, les haricots rouges. Préférez les lentilles, flageolets, haricots blancs, tofu, pois verts, haricots verts. Afin d’abaisser l’acidité des légumineuses, faites les tremper et/ou germer.

  • Parmi les corps gras et oléagineux :
    • Tous les graisses animales (peaux des animaux, saindoux, suif…).
    • Les huiles végétales hydrogénées, raffinées, transformées,  durcies (margarine). Choisissez des huiles végétales de qualité extra-vierges ou vierges, de 1ère pression à froid et biologiques.
    • Toutes les sauces et produits industriels (mayonnaise, biscuits, pâtisseries, viennoiseries).
    • Certains oléagineux plus acidifiants que d’autres : les noix sèches, pistaches, noisettes, cacahuètes, noix de pécan, pépins de courge, graines de tournesol et les olives vertes… Préférez : les pignons de pin, sésame, noix de (coco, cajou),les amandes sans la peau, noix du Brésil et olives noires à l’huile ou nature.
  • Parmi les fruits :
    • Les fruits pas mûrs (moins ils sont mûrs et plus ils sont acides).
    • Les agrumes en général pour les personnes frileuses (pamplemousse, orange, citron…), encore plus quand mangés le matin et hors saison.
    • Tous les fruits au goût acide (et leur jus) : ananas, fruit de la passion, kiwis, baies (groseilles framboises, cassis…), certaines variétés de pommes (granny smith…), de cerises (griottes), d’abricots (même séchés), de prunes…
    • Les jus de fruits du commerce, le jus de citron (ok si quelques gouttes dans une tasse d’eau chaude). Préférez les jus de fruits 100% fruits.
    • Certains fruits séchés : les abricots acides. Tolérance : pruneaux, figues. Pour baisser leur acidité faites les tremper 4 heures ou toute une nuit et jetez l’eau de trempage.
  • Parmi les légumes : la tomate (surtout cuite et hors saison), l’oseille, les épinards cuits, la rhubarbe, la choucroute…
  • Parmi les condiments : le vinaigre, les légumes conservés au vinaigre, le ketchup, la moutarde, les pickles, les câpres… Pour la vinaigrette, préférer le jus de citron, moins acidifiant que le vinaigre.
  • Parmi les boissons : tous les sodas, café,  eau du robinet, thé noir, les alcools (alcools forts, vin blanc, champagne…).
  • Tous les plats préparés, les boites de conserves.
  • Pour certaines personnes qui ne digèrent pas les légumes soufrés : artichaut, asperge, bette, choux, cresson, poireaux, navets, oignons, ail…
Autres facteurs acidifiants 

Le tabac, les médicaments (aspirine, pilule, les anti-inflammatoires, vitamines synthétiques), la déshydratation, le surmenage physique et psychique, le travail nocturne, le manque de sommeil, les contractures chroniques de stress, la sédentarité (insuffisance respiratoire, manque de transpiration…), le froid, l’insuffisance hépatique (drogues, alcool, tabac, médicaments, hépatites…), l’insuffisance rénale (manque d’eau pure, médicaments, stress…).


La digestion commence dans la bouche, avec la salive : pH neutre 7 à 8.
La digestion des féculents et hydrates de carbone se fait en milieu basique (pH 7 à 9), celle des protéines dans un milieu très acide (2 à 4).
On voit donc que l'association hydrates de carbone / protéine (pates / viande) n'est pas idéale.
Le lait et les fromages sont très acidifiants et très incompatibles avec le pain.
Citron, vinaigre, tomate et vin sont incompatibles avec les féculents mais compatibles avec les protéines...

La consommation quotidienne de viande est un excès regrettable, favorable au dépôt d'acide urique dans les articulations. Un cocktail quotidien de viande + produits laitiers devient explosif au fil des années.

Les fruits, aliments essentiels, peuvent devenir dangereux consommés en mauvaise association. Ils doivent toujours être consommés loin des repas, JAMAIS pendant un repas, ni en fin de repas (totalement incompatible).

Une association très répandue mais particulièrement désastreuse pour les enfants chez qui elle provoque des désordres ORL importants (otites, rhinites, bronchites, bronchiolites, angines) : un repas de féculents (riz ou purée par exemple) et un yaourt sucré en dessert. Le mélange féculent / yaourt est incompatible, et le mélange féculent / sucre est également incompatible.

Cela donne une double incompatibilité majeure, et des problèmes ORL fréquents ....


Solutions et clés de santé anti-acidité :

Un bon moyen de désacidifier votre organisme est de faire une cure détox afin de neutraliser l’excès d’acidité de votre corps et de réguler « l’acidose ». Elle consiste entre autre à stopper tous les aliments acides et acidifiants et apporter une grande quantité d’aliments alcalins. Il sera ensuite beaucoup plus facile de modifier votre alimentation sur le long terme.


Quelques conseils généraux pour les terrains acidifiés :
  • Boire par jour au minimum 1,5 L d’une eau peu minéralisée (de type Rosée de la Reine, Montcalm, Mont Roucous).
  • Pratiquer un exercice physique modéré telle que la marche au minimum 30 minutes par jour, s’oxygéner (dans la nature) ou/et pratiquer les techniques respiratoires en utilisant des huiles essentielles.
  • Favoriser  les aliments alcalinisants, les monodiètes (il s’agit de manger un seul type d’aliment au repas) de patate douce, banane, châtaigne, courge, légumes verts.
  • Eviter au maximum les aliments acides ou producteurs d’acides encore plus le matin  et  l’hiver.
  • faites la part belle aux légumes (qui doivent représenter minimum 50% de votre assiette ou encore mieux 70%),
  • et aux fruits de saison que vous prendrez soin de consommer hors repas (30 minutes avant ou 2 heures après) si vous êtes frileux. En effet, leur temps de digestion étant différent des autres aliments, ils peuvent fermenter et créer beaucoup d’acidité chez certaines personnes à la digestion plus difficile.


                                                        Le protocole de détox des métaux lourds du Dr Klinghardt


Le protocole se découpe en deux parties principales :

  • Première période d’action sur le milieu extra-cellulaire pendant laquelle on utilise simplement la chlorella, puis l’ail des ours.
  • Deuxième période orientée sur le nettoyage du milieu intracellulaire. On introduit alors l’extrait de coriandre qui fait sortir les métaux lourds des cellules et on fait de temps en temps des périodes de grosses prises de chlorella.

La méthode du docteur Klinghart est la solution naturelle la plus connue. Elle est très puissante, il faut donc faire attention à ne pas déloger plus de métaux lourds que notre corps, en particulier nos intestins, peut en éliminer à la fois. A mon avis, il manque une cure antiparasitaire puis de détoxification du foie au préalable. Le Dr Clark recommandait de commencer par un (long) travail de nettoyage sur le foie et les reins. Si ces « stations d’épuration » sont saturées elles ne pourront pas éliminer correctement les métaux lourds remis en circulation dans le corps. Ils causeront alors encore plus de dégâts. C’est ce qui arrive souvent aux personnes qui expérimentent cette cure sans préparation préalable. En tant que naturopathe, il me semble indispensable de commencer par un travail de nettoyages en profondeur des émonctoires (reins, foie, intestins, peau et poumon) et de s’assurer d’un transit quotidien. D’autant qu’une intoxication aux métaux lourds tend à encombrer toutes les voies d’élimination, particulièrement le foie qui est le grand spécialiste des substances toxiques, d’où les nausées et migraines que l’on retrouve souvent comme symptômes.


Où trouver de la chlorella de qualité 

Je recommande souvent la chlorella de flamant vert, 100% crue et biologique.


En pratique : Les produits utilisés :

Voici un exemple de cure. Toutefois, il y a souvent des ajustements a faire. D’où l’intérêt d’être accompagné par un thérapeute compétent au début. Attention, n’envisagez pas ce traitement si vous avez beaucoup de symptômes. La Chlorella peut les amplifier dans un premier temps (effet mobilisateur trop fort).

  • Le protocole s’appuie sur la Chlorella,qui en plus de mobiliser les métaux lourds, possède des propriétés antioxydantes, stimule le système immunitaire, est à la fois anti-inflammatoire, vitalisante (la chlorophylle améliore le transport de l’oxygène), reminéralisante et favorise le fontionnement du foie. Sa membrane fibreuse cellulosique n’est pas assimilable par l’organisme, elle reste donc dans les intestins, tout en fixant les éléments toxiques dont les métaux lourds. Elle est ensuite naturellement évacuée par les intestins. Son apport en tryptophane à un effet positif sur le moral. Il importe de choisir une chlorella non polluée, mais la plupart des chlorellas commercialisées par des marques françaises connues n’ont pas ce problème, mais il est recommandé de toujours vérifier que l’on connaît son origine et se méfier de celles qui viennent d’Asie, notamment de Chine, réputée très laxiste en matière de sécurité sanitaire.

    • La première semaine (7 jours) prendre uniquement de la Chlorella : 2 comprimés de 500 mg, 3 fois par jour, matin, midi, soir (6 comprimés par jour, soit 3 g), de préférence au cours d’un repas.
    • Les deux semaines suivantes (14 jours), prendre 4 comprimés, 3 fois par jour (12 par jour, soit 6 g).
    • Toutes les deux semaines, prendre ponctuellement pendant deux jours consécutifs 10 comprimés, 3 fois par jour (soit 30 par jour, soit 15 g).
    • Puis revenir à 12 comprimés par jour pendant 2 semaines.
    • Cela fait environ 400 comprimés, soit 200 g, par mois. Il est possible de prendre de la chlorella en poudre, multiplier les quantité de comprimé par 0,500 grammes.
    • En cas d’amplification des symptômes, il est conseillé d’augmenter la prise jusqu’à 60 comprimés de 500 mg par jour ! La chlorella semble avoir un effet mobilisateur, sa capacité à faire bouger les métaux lourds, qui tend à plafonner. Si on en prends plus il n’y a pas plus de symptômes. Par contre son effet « éponge à métaux lourds », qui permet de les éliminer en les conservant dans les selles, est proportionnelle à la quantité absorbée. Plus on prends de chlorella, moins les métaux lourds sont recapturés dans les intestins.

  • L’ail des ours sous forme d’extrait hydro-alcoolique, de teinture mère (nom latin Allium Ursinum) ou d’EPF (Extrait de Plante Fraîche) contient des composés soufrés (dessulfhydryle) qui oxydent le mercure, le cadmium et le plomb dans les parties extracellulaires (autour des cellules) les rendant solubles dans les liquides interstitiels et lymphatiques, permettant ainsi leur élimination par les émonctoires. Il contient aussi du sélénium, qui protège du stress oxydatif due aux métaux lourds. Avec la chlorella, il participe au nettoyage des métaux lourds « circulants », en permettant leur élimination par les reins et l’ensemble foie/intestin.

    • Commencer après la première semaine de Chlorella par 5 gouttes 3 fois par jour 15 minutes avant les repas (ventre vide obligatoire), dans un verre d’eau ou autre (soit 15 gouttes par jour), pendant une semaine (7 jours).
    • Puis, chaque semaine, augmenter la dose pas prise : 3 fois 10 gouttes, puis 3 fois 15 gttes, pour arriver au rythme de croisière de 20 gouttes 3 fois par jour (soit 60 gouttes par jour).
    • Si vous tolérez mal l’ail des ours, redescendez à la dose d’en dessous. Compter un flacon de 50 ml pour 1 mois. Les doses données le sont pour l’EPF d’Ail des Ours de Vogel que l’on trouve facilement en magasin bio. Pour d’autres extraits, il convient d’adapter la dose avec son thérapeute. En cas de problème avec l’alcool, il est possible d’utiliser des extraits secs.

  • La coriandre sous forme d’extrait hydro-alcoolique ou de teinture mère (nom latin Coriandrum Sativum). Elle mobilise les métaux lourds dans le milieu intracellulaire (de l’intérieur des cellules vers l’extérieur), en ouvrant les canaux ioniques des membranes cellulaires. De plus elle répare les dommages causés à l’ADN par le mercure. Elle agit en profondeur, y compris dans les os et le système nerveux central. Elle mobilise donc beaucoup de métaux lourds. C’est pourquoi elle ne doit être utilisée qu’en deuxième partie de la détoxification, quand la partie circulante des métaux lourds a été nettoyée. C’est à dire quand on a ressenti une bonne amélioration avec uniquement la chlorella et l’ail des ours. Si le nettoyage du « circulant » n’a pas été suffisant (réduction des symptômes), il y a risque de saturation du corps (amplification des symptômes).
    • Au minimum à partir d’un mois de cure (après 30 jours). Monter graduellement la prise par étape de 10 jours si tout se passe bien, sinon réduire la dose :
      • 2 gouttes 2 fois par jour, 15 mn avant repas (ventre vide) dans un peu d’eau ou autre. Soit 4 gouttes par jour. Puis 3 gouttes 2 fois par jour, soit 6 par jour ; 4 gouttes 2 fois par jour, soit 8 par jour
      • Puis enfin 5 gouttes 2 fois par jour, soit 10 par jour. Maintenir ce rythme de croisière jusqu’à la fin de la cure.
    • Si vous vous sentez mal à un seuil, redescendez à la dose d’en dessous. Compter un flacon de 50 ml pour 4 mois. En cas de problème avec l’alcool, on peut prendre des extraits secs.
  • L’Acide alpha lipoïque (AAL), appelé aussi acide alpha lipon, a un double effet chélateur et antioxydant. Il est à la fois soluble dans l’eau (hydrosoluble) et dans les graisses (liposoluble), ce qui lui permet de protéger tous les tissus du corps. De plus, il peut traverser la barrière hémato-encéphalique et atteindre ainsi le cerveau. Il régénère la vitamine E, la vitamine C, le glutathion et la coenzyme Q10. Il est particulièrement efficace pour chélater le mercure, le cadmium et l’arsenic. Il permettrait de régénérer les cellules nerveuses et hépatiques. Il est recommandé de se supplémenter en vitamine B, cofacteur important pour qu’il soit efficace.
    • Pendant toute la cure, prendre une gélule de 250 mg 4 fois par jour (ventre vide), obligatoirement réparties sur toute la journée (en 4 prises). Soit 120 gélules par mois.
  • Le MSN : méthyle-sulfonyl-méthane, cette base de soufre organique est de plus en plus rare dans l’alimentation du fait de l’appauvrissement des sols en agriculture intensive. Le souffre se lie aux métaux lourds pour les déloger. Indispensable pour un grand nombre de réactions enzymatiques et hormonales. C’est un complément nécessaire pour soutenir le système immunitaire, les articulations, en favorisant le développement des tissus conjonctifs, les cartilages et la production de collagène, améliorant ainsi l’arthrose et l’arthrite. Il s’incorpore à la kératine des cheveux et des ongles, les renforçant, les rendant plus brillants. C’est aussi un élément améliorant la fatigue chronique. Toutefois, ses propriétés sont proches de l’ail des ours. Les personnes souhaitant limiter la prise de produit et n’ayant que des symptômes légers, peuvent s’en passer et se contenter de l’extrait d’ail des ours.
    • 10 jours après le début de la cure, prendre 1 cuillère à café 2 fois par jour, soit 2 grammes au total où l’équivalent en gélules. Ce produit se trouve facilement en poudre ou en gélules en magasin bio et sur internet.

                                                                           Régime hypotoxique du docteur Seignalet


- Les aliments interdits :


  • le blé, l’avoine, le seigle, l’orge, le maïs et les produits où ils sont utilisés (pain, gâteaux, brioches,biscuits,biscottes, pâtes…);
  • les laits animaux : laits, yaourts, fromages, beurres, crèmes, glaces…;
  • tout aliment cuit à plus de 110°C (en particulier cuisson au four, à la poêle, fritures, au micro-ondes, à la cocotte minute) ;
  • les confitures (qui sont cuites) ;
  • les huiles raffinées ou matières grasses cuites ;
  • la bière (obtenue à partir de céréales) ;
  • les conserves, plats préparés
  • le chocolat au lait ;
  • le sucre blanc et le sel blanc raffinés ;
  • La charcuterie cuite.

- Les aliments autorisés :


  • riz, sarrasin, sésame et leurs dérivés (pains et gâteaux à la farine de riz ou de sarrasin cuits à basse température…) ;
  • soja et ses dérivés (lait de soja, yaourts de soja, crème de soja, tofu..) ;
  • laits végétaux : lait d’amandes, lait de riz..
  • légumes secs : lentilles, pois, pois chiches, haricots..;
  • légumes verts : haricots verts, épinards, courgettes, brocolis…
  • oléagineux crus : amandes, noix, noisettes, noix de cajou, du brésil ;
  • les viandes crues ou peu cuites (blanches de préférence), les poissons et coquillages, crevettes, oeufs…;
  • les charcuteries crues (saucisson, jambon cru, salami…) ;
  • les fruits (frais ou secs) ;
  • les crudités ;
  • le sucre complet, le miel ;
  • les huiles obtenues par première pression à froid ;
  • les condiments ;
  • eau, café, thé, chicorée, vins et alcools distillés (modérément) ;
  • les aliments cuits à moins de 110°C (cuisson à la vapeur, à l’eau, à l’étouffée, le pochage ou braisage doux)
  • le chocolat noir (modérément) ;*
  • le sel non raffiné

                                                                                                        CANDIDOSE 


La règle de base est : PAS de sucre, pas de ferments, pas de levures, pendant la durée d’exclusion définie avec le thérapeute.


  A Éviter Totalement :


Le SUCRE et tous les produits contenant du sucre. C'est la correction la plus importante à faire en tout premier car le sucre est l'aliment de base du candida.

A noter qu’il n’y a pas de bons sucres. Aussi, il est préférable de ne pas remplacer le sucre pas des édulcorants afin de perdre progressivement l’envie de consommer des produits sucrés.


FRUITS : La plupart des fruits sont riches en SUCRE et doivent être évités. Eviter tous les agrumes riches en acide citriques (sauf le citron), raisins, melon... préférer les pommes, cerises, myrtilles... en quantité raisonnable...


LEVURE et ferments : Eviter tous les aliments contenant de la levure, des moisissures, ou des ferments, comme le pain, les pizzas, gâteaux et pâtisseries, tous les fromages , toutes les boissons fermentées (bière, cidre...), la sauce soja, le tamari, tofu, certains yoghourts, etc...


LAIT animal et produits laitiers : fromage, crème, beurre, yoghourt sucré ou au fruits, lait, lactose, pâtisseries, gâteaux, produits en boîtes et pré préparés sont à éviter. 


Les CÉRÉALES : Eliminer toutes les céréales riches en gluten Blé, Seigle, Epeautre, Orge... assimilé aux céréales, le maïs est à proscrire, il contient beaucoup de sucre... 


On peut remplacer le pain par du pain azym, wasa...   il est surtout préférable de manger du riz, du sarrasin, du quinoa, millet.

ALCOOL, DROGUES, tous les produits pharmaceutiques, stimulants, médicaments, calmants, euphorisants, somnifères... il faut s'interdire tous ces produits chimiques "de confort"... ( sauf cas de nécessité absolue). Eliminer tous les alcools...


CERTAINS LÉGUMES acidifiants ou trop sucrés doivent être évités : carottes, maïs, asperges, oseille, rhubarbe, choux de Bruxelles.


Les BOISSONS sucrées, pétillantes, y compris l'eau gazeuse, les jus de fruits, TOUTES les boissons "préparées" comme le "thé glacé" et tous les sodas... Eviter thé noir et café, préférer certaines infusions et le thé vert léger.


Quelques aliments interdits :

Sucre de canne (blanc ou roux)
Sucre de betterave
Cassonade
Miel
Sirop d'érable
Sucreries, friandises
Mélasse
Toutes les confitures et gelées
Crèmes glacées
Boissons sucrées (sodas, colas ...)
Farines raffinées (baguette, miche, biscottes...)
Gâteaux à la farine blanche et au sucre
Pizzas
Brioches, croissants, biscuits
Quiches, feuilletés, vol au vent
Pâtes (spaghettis, raviolis ...)
Riz blanc raffiné
Fécule de pommes de terre
Carotte
Maïs
Fécule de maïs
Semoule, couscous
Amidon
Céréales raffinées, flocons
Riz soufflé
Chocolat avec moins de 60% de cacao
Chocolat au lait
Friandises à base de chocolat, de lait, de miel


Quelques aliments acceptés :


Céréales intégrales sans gluten (Riz, Millet,sarrasin..)
Certaines farines complètes
Pain de millet complet, pain au son,au sarrasin,petit épeautre (remplacer la levure par du bicarbonate de soude : voir dans « mes recettes »)
Riz complet
Certaines pâtes complètes
Germes de blé
Fèves fraîches
Lentilles
Céleri
Navet
Germes de soja
Pousses de bambou
Cœur de palmier
Salsifis
Aubergine, Courgette
Concombre
Tomate
Radis
Champignons
Choux, Chou-fleur
Haricots verts
Poireau
Artichaut
Poivron
Salades vertes
Epinards crus
Chocolat sans sucre
Pois chiches, Pois cassés, Haricots secs

Eau de coco

Que manger au petit déjeuner quand on suit ce régime ?
  • Jus de légumes (pas de fruits) faits maison et bus dès l'extraction car ils s'oxydent très rapidement.
  • Un œuf, des céréales ou du müesli au lait de soja ou au lait de riz, d'amandes ,de sarrasin ou de coco.
  • Yaourts végétaux (naturels - non sucrés).
  • Amandes, noix, noisettes etc....
  • Pas de fruits frais, ni secs, ni jus de fruits car ils contiennent du sucre et entretiennent la prolifération des candidas.

Quelques recettes compatibles avec la candidose.


Pour les compléments anti-fongiques, à définir en consultation selon les symptômes.


                                                                      l'electrosensibilité

Téléphone portable, wifi, babyphone, antennes, électricité… Autant d’appareils familiers qui nous rendent bien service au quotidien et auxquels on ne prête guère atten­tion. Et pour cause, les ondes sont invisibles, inodores et inaudibles. Mais sont-elles sans impact sur notre organisme ? Le calvaire subi (électrosensibilité) par des personnes devenues électrosensibles nous prouve le contraire et nous offre l’occa­sion de plonger dans les connaissances scientifiques existantes sur ces facteurs physiques qui génèrent une litanie de réactions et de souffrances. Un bruit silencieux en quelque sorte…

Des témoignages de ces symptômes, il en émerge de partout dans le monde et depuis de nom­breuses années, des médecins et des scientifiques lancent des alertes sur l’augmentation des cas d’hypersensibilité électromagnétique en relation avec l’accroissement sans précédent des durées d’exposition aux technologies sans fil et de leur précocité. Sans grande réaction des autorités sanitaires et des pouvoirs publics.

Il faut bien admettre que, dans ce dossier sensible, aux enjeux industriels et militaires énormes, l’émergence du doute et de la confusion est le grand prétexte pour éclipser la reconnais­sance d’une telle évidence qui était difficile à évaluer il y a quelques décennies.

Peut-on souffrir à cause des ondes électromagnétiques ? Pour la première fois, en France la justice a dit oui. Elle a reconnu l’existence d’un handi­cap grave dû à l’hypersensibilité aux ondes électromagnétiques. Une information révélée par l’association Robin des toits qui mili­te pour la sécurité sanitaire dans les technologies sans fil.

Un syndrome controversé

L’électrosensibilité n’est pas reconnue officiellement comme maladie en France et fait l’objet de controverses entre experts, malades et associations écologistes. Dès 2005, l’Organisation mondiale de la santé a reconnu l’existence de symptômes potentiellement graves, pouvant varier d’un individu à l’autre, mais elle estimait qu’il n’existait ni critère clair pour un diagnostic ni base scientifique permettant de faire un lien avec les ondes. Et pourtant de plus en plus de victimes évoquent des maux multiples : cervicalgie, maux de tête, picotements, irritabilité permanente, problèmes de concentration, vertiges, troubles du sommeil, sensation d’oppression, troubles du rythme cardiaque, toubles neurodégénératifs, dépressions. Pour l’Académie de médecine, il pourrait s’agir de « phobies ». Selon le professeur de neurologie Yves Agid, « l’existence de ce syndrome n’est pas démontrée ».

On parle de l’« électrosmog », le brouillard électromagnétique dans lequel humains, animaux et plantes sont actuellement obligés de vivre, comme l’effet photonique des matières que nous portons. Il existe un champ électrique naturel à la surface de la terre créé par les charges électriques présentes dans la ionosphère (couche de l’atmosphère constituée de particules chargées). Il s’ensuit une constante électrisation de nos organismes due à une accumulation de charges électriques responsable de symptômes divers et variés. Par ailleurs, toutes les fonctions de notre corps sont commandées par de petites impulsions électriques à basse fréquence. Enfin, nous sommes constitués à 70% d’eau et par là même nous nous comportons comme un formidable conducteur électrique.

La fréquence de l’électrosensibilité serait de 2 à 5% de la population. Mais la réalité est plus près de 20 à 40% dès lors que le monde médical et universitaire n’effectue aucune statistique.

Rayonnement électromagnétique

Les rayonnements électromagnétiques (REM) sont une forme de transport de l’énergie sans support matériel. Pour le caractériser, on se réfère en général à sa fréquence, à son énergie ou à sa longueur d’onde dans le vide.

Très divers par l’énergie qu’ils transportent et par leurs possibilités d’interaction avec les structures biologiques, les REM se distinguent par deux modèles complémentaires, soit comme des ondes électromagnétiques (modèle ondulatoire), soit comme un flux de photons (modèle corpusculaire).

L’atome, le point de départ

Il est grand temps de changer de paradigne : le corps n’est pas que biochimie et chimie. L’onde commande la particule, et par voie de conséquence la chimie.

Les atomes sont constitués d’un noyau composé de particules positives : le proton et de particules neutres : les neutrons.

Autour du noyau gravitent des particules chargées négativement : les électrons. Dans un atome il y a autant de protons que d’électrons, aussi l’atome est il neutre. Les niveaux d’énergie des électrons sont discontinus.

Si un électron sous l’effet d’un rayonnement (ultra violet, X, et gamma) quitte des niveaux d’énergie supérieurs, l’atome qui perd une charge négative, perd sa neutralité électronique, ainsi parle t-on de ionisation. Un tel rayonnement est appelé « rayonnement ionisant ».

Au contraire lorsque la longueur d’onde associée à une onde électromagnétique s’accroît, cette dernière présente une dimension ondulatoire et son énergie est beaucoup plus faible que celle des rayonnements ionisants. De telles ondes sont appelées « rayonnements non ionisants ».

C’est le cas des micro-ondes, des radios fréquence, et des champs électromagnétiques de 50 et 60 Hertz.


Les ondes cosmo-telluriques

Notre environnement vibratoire résulte de la combinaison des ondes cosmiques et des ondes d’origine tellurique. Cette synergie forme un champ électromagnétique favorable à la vie cellulaire. La cellule est stimulée par les forces cosmo-telluriques mais réagit à tout déséquilibre de l’ambiance vibratoire. Une perturbation du champ tellurique ou géomagnétique par une faille, une veine d’eau souterraine ou toute autre anomalie géologique, modifie la réflexion du champ cosmique et entraine une rupture de l’équilibre cosmo-tellurique.

Notre protection commence dans la chambre à coucher

Toutes les personnes atteintes d’électro-hypersensibilité dormaient sur une zone très fortement perturbée par des rayonnements telluriques et étaient soumises à un champ électromagnétique conséquent au niveau du lit. On peut en déduire le schéma suivant : les défenses immunitaires ont été affaiblies par une exposition prolongée durant le sommeil, sur une zone géopathogène, agravée par la prolifération des hyperfréquences (Wi-Fi, téléphonie mobile, …) ce contexte a été le facteur déclencheur ou révélateur de cette sensibilité extrême.

La géobiologie est une discipline récente qui permet d’appréhender l’influence du lieu de vie sur l’équilibre biologique humain, animal et végétal. Cette discipline est à considérer comme un complément au bioélectromagnétisme et à l’électro-physiologie afin de prouver les rapports de cause à effet pour que cette pathologie polyfactorielle soit mieux connue.

Placer le lit au bon endroit a une incidence sur la qualité du sommeil, donc sur la santé physique et mentale du dormeur. Certains troubles disparaissent, les douleurs diminuent.., d’où une réduction de la consommation de médicaments antalgiques, anti-inflammatoires, somnifères, anxiolytiques…

La nature et les animaux ne sont pas épargnés

Pour prendre conscience des effets des radiations telluriques sur le vivant il suffit d’observer la nature. Qui n’a pas été interpellé par la mauvaise croissance de certains végétaux, le développement anarchique d’un arbre ou la présence d’excroissances qui sont en fait des tumeurs cancéreuses ! Les végétaux souffrent des rayonnements pathogènes provenant de leur lieu d’implantation, lieu qu’ils cherchent à fuir, d’où la présence d’un arbre penché, voire couché au milieu d’autres spécimens bien droits.

Quel vétérinaire n’a pas été intrigué par la répétition d’accidents ou de pathologies dans certaines étables ? Quel médecin n’a pas été confronté à un patient résistant à toute thérapie ? Bien des parents sont désemparés, face à leur enfant agité qui ne passe pas une nuit sans crier, faire des cauchemars, fuir son lit pour se réfugier ailleurs…

Pourquoi sommes-nous sensibles aux variations du champ magnétique terrestre ?

Afin de mieux appréhender qualitativement les effets des micro-ondes sur certains types de cellules il nous faut redéfinir les éléments de base de la membrane cellulaire.

Les membranes biologiques constituent des frontières permettant de séparer mais aussi de mettre en communication différents compartiments au sein de la cellule. Les membranes sont principalement constituées de lipides et de protéines. Les lipides constituant l’organisation de base des membranes sont des phospholipides auxquels sont associés dans la membrane plasmique le cholestérol qui rigidifie l’ensemble.

La fluidité membranaire est une nécessité pour la cellule, elle est la base de l’équilibre cellulaire, ce qui lui permet d’assurer tous les phénomènes incessants d’échanges avec son environnement. Penser, agir, et tout simplement vivre, ne sont possibles que parce que les cellules communiquent entre elles.

Les fortes intensités de champs électriques et leurs continuels balancements, provoquent de cette manière des vibrations locales d’éléments isolés, constitutifs de la membrane, qui oscillent comme des dipôles électriques.

Si les micro-ondes entrent en résonance avec la membrane, la fluidité membranaire sera fortement perturbée ce qui entraînera un dysfonctionnement des échanges transmembranaires, avec une pathologie éventuelle à la clé, en fonction de la fréquence du phénomène. Le phénomène de résonance exacerbe l’effet délétère des micro-ondes sur les membranes.

Impact de l’axe hypothalamo-neurologique

Pour Pierre Le Ruz, nous sommes tous électrosensibles : « Nous possédons dans notre organisme des nanocristaux de magnétite entourée d’une double membrane biologique qui, au contact d’un champ électrique, magnétique ou électromagnétique, oscillent et envoient des signaux à l’hypothalamus qui se répercutent sur l’ensemble des neurones. Quand cet axe neurologique interprète l’information comme une agression et que l’organisme ne parvient pas à neutraliser l’alarme biologique, c’est ainsi qu’on souffre d’électrosensibilité. »

Les neurones, sont des cellules nerveuses qui assurent l’excitabilité, la conductivité et la communicabilité. Cette dernière utilise des substances chimiques appelées neuromédiateurs. La libération de ces substances est précédée de l’entrée d’un courant de calcium dans la partie terminale du neurone

Les micro-ondes perturbant les courants ioniques de calcium, ils engendrent un déséquilibre entre les neuromédiateurs excitateurs et les neuromédiateurs inhibiteurs, à l’origine de troubles du comportement fatigabilité, céphalées, troubles de l’humeur et du sommeil.

Deux atteintes neurologiques, entre autres….

  • La mélatonine

Une étude sur des embryons de poulets montre que les rayonnements artificiels font chuter la production de mélatonine. Or, cette hormone a des propriétés anti- radicalaires, anti-tumorales et est essentielle à la régulation du sommeil.

  • L’hippocampe

Une étude pilote réalisée sur des souris montre que le rayonnement du téléphone portable ferait baisser de 25% la création de nouveaux neurones dans l’hippocampe. Or, cette zone du cerveau est impliquée dans les mécanismes de mémorisation à court terme et l’apprentissage. Le ralentissement du renouvellement des neurones pourrait entraîner des troubles de ces fonctions.

La perméabilité de la barrière hémato-encéphalique peut être occasionnée par une seule exposition de 2 h aux radiations d’un téléphone portable et conduire à des lésions neuronales :

– Élévation du risque de cancer du cerveau (gliomes, neurinomes)

– Facteur de risque dans la maladie d’Alzheimer et autres maladies neuro-dégénératives

– Désynchronisation neuronale des fonctions vitales (dans le cerveau, le cœur, les intestins…) et des rythmes circadiens qui gouvernent le sommeil et les cycles hormonaux

– Dysfonctionnement des processus biologiques

– Des dommages sur le sperme humain sont produits à des niveaux d’intensité très faibles (ex : téléphone à la ceinture ou ordinateur sans fil sur les genoux) Risques sérieux sur la fertilité des personnes exposées

– L’exposition aux RF du fœtus, du nouveau-né, de l’enfant peut être à l’origine de troubles du comportement, problèmes d’apprentissage…

– Cancers de l’enfant — leucémie…

Les cristaux de magnétite (Fe3O4)

On a identifié la présence de ces cristaux fortement magnétiques sous forme de particules microscopiques, dans plusieurs espèces (bactéries, abeilles, vertébrés supérieurs). Le cerveau de l’homme en contiendrait plusieurs milliards. Ces cristaux de magnétite appelés « magnétosomes » se comportent comme des aimants. Sous l’effet des micro-ondes ces aimants se mettent en vibration et engendrent un foyer irritatif qui, à long terme, est susceptible d’induire des perturbations physiologiques neuronales plus ou moins graves.

Toutes les régions du cerveau contiennent de la magnétite. La présence de ce métal sensible aux champs magnétiques réagit plus d’un million de fois plus fortement à un champ magnétique que tout autre matériau biologique, y compris le fer des globules rouges.

Selon J. Kirschvink, les baleines s’orientent en fonction des champs magnétiques des fonds marins et s’échouent le plus souvent sur des plages situées près d’anomalies géomagnétiques. On savait que la magnétite présente chez les oiseaux et les abeilles par exemple, leur permet de s’orienter par rapport au champ magnétique terrestre. Le sens de l’orientation de certains oiseaux migrateurs est perturbé par des anomalies géomagnétiques et/ou par les hyperfréquences générées par les technologies modernes. La survie d’espèces migratrices pourrait donc être compromise.

Omniprésence des métaux lourds

Les électrosensibles eux-mêmes pensent souvent qu’une des causes de leurs pathologies provient de la présence de métaux lourds dans leur organisme qui endommage notamment les systèmes nerveux et immunitaire.

Un amalgame dentaire contient environ 50 % de mercure métal­lique. La poudre d’alliage est constituée, dans des proportions variables, d’argent, de sélénium, de cuivre et, dans des proportions plus faibles, d’autres métaux comme le zinc…

Scientifiquement on a constaté que tous les organismes des occidentaux étaient imprégnés de métaux lourds. Tous les poissons, légumes, fruits en contiennent. Avec l’appareil oligoscan, on peut le vérifier (Voir mon livre : « Les dégâts des métaux lourds ». Ed Trédaniel).

Les objets métalliques captent préférentiellement ces ondes comme les plombages dentaires, les prothèses métalliques (hanches, genoux), les armatures des soutiens-gorges et des gaines, les stérilets (cuivre), les lunettes, les verres, les montures (maillechaort, bronze), les miroirs (aluminium) et même les cosmétiques.

On peut donc légitimement estimer que des millions d’ions métalliques, aux propriétés électrochimiques connus et répartis dans l’ensemble des tissus corporels, modifient la conductivité du corps et sont susceptibles d’être mis en mouvement, « entraînés » par des champs électromagnétiques pulsés, provoquant des phénomènes inflammatoires.

C’est ainsi, que selon le docteur G. Dreuzaide, chirurgien dentiste l’appelation de fibromyalgie devrait être remplacée par « électromyalgie » dès lors que toutes les observations convergent vers l’électrosensibilité et qu’il suffit dans certains cas de retirer tout plombage au mercure et de chélater l’organisme pollué pour que les symptômes disparaissent.

Pour le professeur Belpomme, l’éthylmercure libéré, par les amalgames pénétrerait dans la gaine de Schwann du nerf olfactif, à partir de ses terminaisons nasales, et passerait dans le bulbe olfactif pour gagner le rhinencéphale, là où siège le système limbique. Cela favoriserait l’ouverture de la barrière hémato-encéphalique avec toutes ses conséquences délétères.

Savoir identifier une électro hypersensibilité L’approche scientifique

Cette méthode, rigoureuse et outillée, a été suivie par l’ARTAC, l’Association Recherche Thérapeutique Anticancéreuse présidée par le professeur d’oncologie Dominique Belpomme, un pionnier en France de la médecine environnementale, pour étudier les personnes malades des ondes. « Contrairement à ce que certains médecins ou scientifiques, en étroite relation avec les opérateurs téléphoniques, affirment sans preuve, il ne s’agit pas de simulateurs ou de malades psychiatriques », rappelle ainsi l’ARTAC. Depuis 2007 en effet, cette association a trouvé différentes anomalies dans les analyses sanguines et les scanners cérébraux effectuées sur les personnes intolérantes aux ondes. L’ARTAC a ainsi fait la constatation suivante de marqueurs biologiques perturbés.

Dans l’analyse sanguine on note un taux de :

– vitamine D diminuée (70%)

– histamine augmentée (inflammation)

– anticorps anti-o-myeline augmentées (stress cellulaire)

– mélatonine diminuée dans l’analyse urinaire

– substance P (assure la transmission des impulsions douloureuses)

– déficience des neurotransmetteurs (dopamine, sérotonine, noradrénaline)

Imagerie médicale

L’encéphalo-scanner est un scanner de doppler pulsé, intracérébral, qui permet d’étudier la vascularisation du cerveau. On a démontré que les patients souffrants d’hypersensibilité aux champs électromagnétiques présentent une hyperviscosité du sang, laquelle entraîne un trouble de la perfusion du parenchyme cérébral, et par conséquent une diminution de l’oxygénation du cerveau.

L’observation expérimentale

La pratique du «test musculaire» est simple à réaliser et permet d’évaluer l’impact de divers stimuli sur l’organisme, par exemple la nourriture, les sons, les couleurs, ou tout autre élément de notre environnement que ces matières soient métalliques ou non métalliques. Il peut s’agir de bijoux, de prothèses dentaires, de reconstitutions dentaires, de vêtements, d’étiquettes de vêtements, de verres de lunettes, de pierres, de cosmétiques, de lunettes, de stérilet. La quantité importe peu, une incompatibilité de la taille d’un grain de sable suffit à entraîner ou modifier des tensions musculaires.

Ce test est «emprunté» à la kinésiologie.

Les mesures de protection contre l’électrosensibilité

Que faut-il penser des pastilles à coller sur le portable ?

«Attrape-gogos» pour certains, qu’en est-il vraiment ?

Devant les craintes des effets du téléphone portable sur la santé, des systèmes qui neutralisent ou transforment les ondes foisonnent sur le marché. Les patchs ou pastilles à coller sur le téléphone auraient la propriété de rendre les ondes biocompatibles en inversant la polarité de la radiation micro-ondes. Mais il manque capteur et un émetteur dans le champ pour produire un champ en sens inverse.

La seule protection efficace, est l’utilisation d’une oreillette stéthoscopique (tube d’air) qui réduit de 99% les rayonnements. Les nouvelles versions donnent une très bonne qualité de son. L’oreillette ordinaire amène directement, par le câble, les micro-ondes dans le conduit auditif. Dans une maison, il y a une multitude de champs électriques moins puissants, très atténués grâce au fil de masse (troisième fil jaune et vert). L’électricité et le courant domestique s’accompagnent d’une pollution basse fréquence (50 Hz), dont les méfaits on été abondamment documentés.

Quiconque a connu la sensation de brûlure intense en recevant une décharge électrique peut en témoigner !

Il faut ensuite s’assurer que les valeurs de prise de terre soient suffisantes. Dans les maisons individuelles, il est fortement recommandé d’avoir une prise de terre au nord et avec une résistivité inférieure à 70 ohms pour un tableau électrique avec un différentiel de 300 milliampères. En clair, plus l’impédance (la valeur en ohms) de la prise de terre est faible, plus celle-ci est de qualité.

Il ne se passe pas un jour sans qu’apparaisse un nouveau système anti-ondes censé protéger toute l’habitation. Étant multifonction, il serait efficace contre les rayonnements électromagnétiques basses fréquences et les hyperfréquences émanant de la téléphonie mobile, antennes relais, Wi-Fi.., et protègerait également des perturbations cosmo-telluriques. Citons «oscillateur magnétique de compensation» produisant des signaux magnétiques pour compenser les rayonnements polluants ? L’appareil universel en somme !

Pour matérialiser la présence d’une pollution électromagnétique (hautes fréquences) dans votre habitation, achetez un appareil de mesure (tel le TES 93). Après extinction des appareils, vérifiez la présence des niveaux supérieurs à 3V/m qui génère une pollution insidieuse au détriment de la santé des gens et peut avoir des conséquences au niveau du cerveau par la pénétration de la barrière hémato-encyphalique.


 Traitements naturels contre les ondes électromagnétiques :

  • Le Cereus peruvianus monstruosus

Ce cactus d’Amérique centrale est réputé réduire la nocivité des ondes du fait de sa forme à cinq ou six côtés.

Les personnes travaillant sur des écrans d’ordinateurs et souffrant de maux de tête et d’une grande fatigue retrouvent leur équilibre physique et psychique grâce à cette cactée.

  • La Crassula avata

Une autre plante grasse aussi nommée « Arbre de Jade », neutralise les ondes nocives.

  • La lavande

Son grand avantage est qu’on peut l’utiliser sous forme d’huile essentielle (lavande officinale et/ ou lavande vraie)

L’huile essentielle de lavande, utilisée avec un diffuseur, en plus d’embaumer notre maison, amènera une protection sensible à toutes les personnes électrosensibles. Une goutte discrète sur l’oreiller favorisera un meilleur sommeil.

Sur le téléphone portable mettre un petit ruban très fin sur lequel on verse une demi goutte. Son effet est comparable à celui des meilleurs systèmes du commerce pour « patcher » son téléphone portable. Un simple flacon ouvert et posé à proximité de l’ordinateur ou d’un téléviseur va équilibrer l’environnement électromagnétique et induire immédiatement un relâchement des tensions chez le sujet en souffrance. On peut renforcer cette action en faisant respirer plusieurs fois dans la journée le flacon ouvert durant deux à trois minutes.

  • La Chlorophylle

Avec l’aide de la puissante énergie venant du soleil, les plantes chlorophylliennes font cette transmutation qui produit les nutriments indispensables à notre santé. Pour domestiquer la puissance destructrice des photons, ces plantes ont mis en place une chaîne de transporteurs et de protecteurs correspondant à différents niveaux d’énergie.

Quantaphylle : 2 gélules le soir (Labo Phytoquant)

Pour les téléphones portables, la feuille de mica programmée s’avère intéressante car elle transforme complètement la nuisance énergétique :

http://shungite.fr/Feuille-de-mica-programmee-pour-telephone-portable ainsi que la housse préventive Silvershield .

Pour neutraliser les téléphones sans fil (DECT), les bornes wifi, les ordinateurs portables ou de bureau, les compteurs électriques, et toute autre source de nuisance similaire, deux pierres se distinguent par leurs propriétés : la tourmaline et la shungite :

– On prête à la shungite de remarquables vertus. La plus prépondérante serait de nous protéger de l’impact nocif des ondes électromagnétiques. Globalement, elle améliore, protège, neutralise et régénère.

– La tourmaline est utilisée dans l’industrie pour ses effets photo électriques et électrostatiques, dus à la présence dans sa structure de charges négatives et positives parfaitement alignées. Son champ magnétique statique naturel attire la poussière de l’air.

-Encore plus efficaces mais plus coûteux :

Site : https://www.geotellurique.fr/ (protections diverses et très intéressantes, (coques, tissus, appareils, vêtements protecteurs…), plus performantes que les plantes ou les pierres ainsi que le site http://geobioenergies.com

- Appareils de protection rayonex (site rayonex ) et bol d’air jacquier ainsi que les Filtres écran de chez Canopia.

-Tissus anti-ondes chez wiss shield.

Et pour se protéger des nouveaux compteurs de type Linky : L’absoplug Alpha :

http://www.cem-vivant.com/

Et pensez à atteindre le wifi chez vous (bouton sur votre box ), au moins la nuit !!!